Le Lombricomposteur

Le lombricompost


 

Comment ça marche ?

Pour les principes généraux, nous sommes proches du fonctionnement du compostage classique. Néanmoins et contrairement à un composteur de jardin qui fermente grâce à la chaleur,

le lombricomposteur ne monte pas en température et s’appuie principalement sur les lombrics (espèce Eisenia) qui vont digérer plusieurs fois la nourriture et la transformer petit à petit en compost, mais aussi faire un « thé » que l’on peut diluer dans l’eau (volume de 1 pour 10) afin de créer un excellent fertilisant liquide pour les plantes.

Les règles d’or

La réussite du compostage dépend de 3 règles d’or essentielles et complémentaires.

  • Un mélange équilibré des matières.

  • La présence d’oxygène.

  • Une humidité suffisante.


Un compost bien structuré

Il est important d’équilibrer les apports entre les déchets de cuisine, de jardin et les déchets organiques non alimentaires.

Attention un lombricomposteur est plus sélectif qu’un compost classique.

«Des matières vertes (vert, mou et humide)» qui sont généralement riche en azote et fine : épluchures de légumes et de fruits…

  • «Des matières brunes (brun, dur et sec)» qui sont riches en carbone, du carton brun (PQ, sopalin), boîte d’oeuf, papier…

  •  

L’idéal est d’utiliser 40% de matières brunes et 60% de matières vertes mais le lombricomposteur peut fonctionner quasi uniquement avec des déchets azotés.

L’alternance de matériaux humides, de matières vertes et de matières brunes, de fines et de grossières, d’éléments riches en azote et d’éléments riches en carbone, permettront une meilleure structuration du compost et donc une meilleure circulation de l’eau et de l’air favorisant l’activité biologique.


Le lombricomposteur est constitué de plusieurs bacs, qui doivent être opaques pour conserver l’obscurité et troués afin de laisser passer les vers. On remplit le bac du dessous puis quand celui-ci est plein, celui juste au-dessus…etc. Lorsque le bac du dessous n’a plus de vers (c’est à dire qu’ils sont tous passés dans le 2ème ou 3ème bac) c’est que le compost est prêt !

On vide alors le bac le plus bas, et on le replace par-dessus les autres.

C’est donc un système rotatif. Sous le 1er bac (celui du dessous) il y a un système de robinet qui permet de recueillir le thé (excellent engrais naturel) des vers, un jus qui passe de bac en bac par percolation.

 

 

 

 

 

Mélangez matières azotées (ou humides) et matières carbonées (ou sèches).


 

Les bonnes proportions sont environ 60% humide et 40% sèche.


 

Matières azotées (humides) et carbonées (sèches), pour un bon compost.